Economie, Emploi

Raccourcir votre préavis pour partir en octobre, les astuces qui marchent

Bonne nouvelle… vous venez de décrocher le boulot de vos rêves. Seule ombre au tableau, vous êtes en poste, et vous devez commencer le mois prochain. Que faire ? Partir et payer à votre employeur les mois de préavis non effectués ou tenter de négocier ?

Préavis de départ : ce que dit la loi…

Votre décision de démissionner ne vous donne pas pour autant le droit de partir sans vous retourner. Selon l’article L1237-1 du Code du travail, l’employeur et le salarié sont tous les deux tenus au respect d’un préavis de départ, dont la durée est en général de trois mois pour un cadre en CDI. Pour vous assurer de la durée de votre préavis, référez-vous vous à la convention collective de votre entreprise ou à votre contrat de travail.

 Préavis : partir sans négocier, une fausse bonne idée

Si vous partez sans respecter le préavis défini et sans l’accord de votre patron, ce dernier peut vous demander le remboursement des mois non effectués, et saisir les prudhommes si vous ne le faites pas. Même s’il ne réagissait pas, Jean-Marc Lami, ancien directeur qualité et amélioration continue chez Chromalox-Etirex, rappelle que vous retrouverez peut-être l’un des cadres de votre ancienne entreprise sur votre parcours professionnel : « et là, l’image que vous auriez laissée peut se révéler catastrophique ». Il est donc préférable de négocier, quitte à payer. Ou idéalement de trouver un accord qui vous permettra de partir plus tôt, sans avoir à verser d’indemnités.

Pauline Bandelier @ Cadremploi.fr

Vous pouvez lire la suite de l’article sur le site de Cadremploi

http://paulinebandelier.com/entretien-dembauche-5-cles-pour-faire-la-difference

6 septembre 2013

About Author

admin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *