De février à mai 2016, j'ai embarqué à bord de l'Aquarius, le bateau de sauvetage de réfugiés affrété par SOS Méditerranée. J'y ai tenu un journal de bord pour Médecins du Monde.

Sauvetage en mer : l’Aquarius lève l’ancre

« L’année dernière, plus de 150 000 personnes ont emprunté la route entre la Lybie et l’Italie. Au total, 3 772 migrants ont péri en Méditerranée », rappelle Klaus Vogel, co-fondateur de SOS Méditerranée et coordinateur de la mission. Depuis que l’opération de sauvetage lancée par Médecins sans frontières a pris fin en janvier 2016, il n’existe plus de bateau de secours sur la zone, alors que les départs se poursuivent.

74 vies sauvées en Méditerranée

À 5 h 30, l’Aquarius reçoit un appel du centre maritime de Rome signalant un zodiac en détresse au large des côtes libyennes. Cinq minutes plus tard, des informations sur la position de l’embarcation sont communiquées : elle se trouve à seulement trente minutes de l’Aquarius. La procédure de sauvetage répétée les jours précédents s’enclenche rapidement. Les sauveteurs approchent du bateau, donnent une radio, des gilets de sauvetage, enregistrent la présence de femmes et de blessés à bord.

Paroles de migrants

Judas est nigérian. Il n’a pas plus de 13 ans, mais a entrepris la traversée seul. « Lorsqu’il s’est présenté vers 19 h, il souffrait d’une angine et d’une forte fièvre », explique Anne Kamel. Les médecins lui prescrivent alors des antibiotiques et de quoi faire descendre sa température. Vers une heure et demie du matin, les amis de Judas viennent alerter les équipes de Médecins du Monde et de SOS Méditerranée de garde dans l’espace de repos.

Troisième sauvetage pour l'Aquarius : 379 vies sauvées

Il est 9 h 47 quand le capitaine de l’Aquarius reçoit un appel du centre de coordination des secours maritimes de Rome. Une embarcation en détresse se trouve à une heure de navigation. L’Aquarius fait immédiatement cap sur la zone, au large des côtes libyennes, afin de porter secours aux passagers. Vers 11 h, un premier canot de sauvetage approche le zodiac des réfugiés. Les équipes de SOS Méditerranée et de Médecins du Monde comptent plus de 100 personnes à bord.

16 avril. Un nouveau sauvetage en Méditerranée

16 avril, 3 h 53. Nous recevons un appel du MRCC (Maritime Rescue Coordination Centre) de Rome, sur un bateau en détresse avec des migrants à bord, parti de Sabratha. A 5 heures, le message est confirmé par les gardes côtes italiens, nous informant que le bateau est à une heure de traversée. Quelques minutes plus tard, depuis la cabine du commandant, nous apercevons dans la nuit à seulement quelques mètres de nous un zodiac blanc.

Sauvetage tragique en Méditerranée

« Lors de la première approche, les réfugiés nous ont dirigés vers deux hommes à la mer. L’un a pu être sauvé in extremis, mais l’autre, qui avait la tête sous l’eau et dont le pied était coincé sous leur bateau, s’est noyé avant que nous n’ayons pu le secourir », déplore Mathias Menge, coordinateur des opérations de sauvetage pour SOS Méditerranée. Au total, il faudra six rotations pour ramener les 108 personnes en sécurité à bord de l’Aquarius.

Nouveau sauvetage pour l’Aquarius

D’autres femmes encore ont entrepris la traversée dans l’espoir de trouver du travail. C’est le cas de Victoria, dix-huit ans, regard triste et perdu, originaire de Benin City au Nigeria. Elle a perdu son père à l’âge de six ans, puis a été placée chez une femme dont elle devenue la bonne à tout faire. « Je suis partie au Bénin pour travailler comme vendeuse pendant deux ans mais je n’avais pas d’endroit pour dormir, alors je restais sur la place du marché ou chez mes amis, raconte-t-elle.